Idée de voyage : Andorra …. La Principauté des Pyrénées !

Idée de voyage

Tourisme – Évasion

Pyrénées

Principauté – Andorra – Andorre

Andorra ….

La Principauté

des Pyrénées !

++

++

Situation

géographique ….

La principauté d’Andorre est située aux confins de la France du Sud et de l’Espagne du Nord, dans la partie orientale de la chaîne des Pyrénées.

++

++

Avec ses 464 km², Andorre reste l’un des plus petits États du monde.

Par comparaison, la France compte une superficie de 543 965 km², l’Espagne, 504 748 km².

Par rapport à ses deux grands voisins, Andorre paraît presque un État lilliputien.

Andorre a été admis aux Nations unies en 1993 et est également membre du Conseil de l’Europe depuis 1994.

++

Le royaume

du « shopping » !

L’Andorre et avant tout la destinations préférée des amateurs du « shopping » ….

D’innombrables boutiques, magasins et supermarchés « Hyper » invitent à dépenser des fortunes pour des cigarettes et des boissons alcoolisées à prix défiants toute concurrence par rapport aux pays avoisinants !

Mais il y a aussi des très bons cadeaux à acquérir ou tout simplement des souvenirs du pays.

Mais gare aux contrôles douaniers en rentrant aux pays respectifs, voir l’Espagne ou la France !

++

Outre l’intérêt économique, l’Andorre dispose de nombreuses attractions touristiques et compte aussi beaucoup de stations d’hiver avec des pistes de ski remarquables.

++

Structure administrative….

Du point de vue administratif, Andorre est divisée en sept communes souvent encore appelées « paroisses » ….

Andorra la Vella, Canillo, Encamp, Escaldes-Engordany, La Massana, Ordino et Sant Julià de Lòria.

Certaines paroisses sont elles-mêmes divisées en « quart », d’autres en « veïnats » (ou « voisinages »).

++

++

Politiquement, de 1368 à 1993, Andorre a été placée sous la souveraineté de deux co-princes.

Traditionnellement, il s’agit du chef de l’État français et de l’évêque du diocèse espagnol de Seo de Urgel (en Catalogne).

Jusqu’en 1993, ceux-ci pouvaient, du moins en principe, exercer certains droits de veto, notamment sur les affaires extérieures.

Un État souverain ….

En 1993, se dotant d’une nouvelle Constitution, Andorre est devenue un État autonome de ses co-princes.

Depuis lors, les deux co-princes continuent d’assumer « conjointement et de façon indivise » la plus haute représentation politique de la principauté, mais ils exercent maintenant leurs  fonctions « à titre personnel et exclusif » (art. 43 de la Constitution).

++

++

La France et l’Espagne assurent toujours la défense du pays, car l’État andorran n’entretient pas d’armée.

Autrement dit, ce n’est ni la France ni l’Espagne qui exerce la plus haute représentation politique de l’État, mais les co-princes, et ce, à titre strictement individuel, la principauté demeurant politiquement souveraine.

++

++

La principauté d’Andorre ne compte qu’une seule Chambre d’assemblée ….

Le Conseil général des Vallées ou Consell General de las Valls (28 sièges, avec des membres élus au vote populaire directe dont 14 dans une seule circonscription nationale et 14 pour représenter chacune des sept « paroisses ».

Andorra ….

L’indépendance de

L’Union Européenne

avant tout !

Par ailleurs, la principauté d’Andorre présente des caractéristiques politiques particulières.

En effet, elle n’est ni membre de l’espace économique européen, ni candidate à l’Union européenne et n’a pas signé d’accord de coopération douanière avec l’Union.

Cependant, en 1990, elle a signé un accord partiel d’union douanière avec la Communauté européenne ….

++

++

La monnaie est l’euro !

Enfin, en 2004, Andorre est devenue « membre associé » de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) au Sommet des chefs d’État et de gouvernement ayant le français en partage, qui a eu lieu à Ouagadougou (Burkina Faso) les 26 et 27 novembre.

Puis, la principauté a également été admise à la Cumbre de Estados Iberoamericanos (« Sommet des États latino-américains ») ainsi qu’à l’Union latine; le catalan, langue officielle de la Principauté, est ainsi devenu la sixième langue de l’Union latine après l’espagnol, le français, l’italien, le portugais et le roumain (mais seuls l’espagnol, le français, l’italien et le portugais constituent les langues de travail).

La principauté d’Andorre est aussi devenue le 22e membre de la Communauté ibéro-américaine (pays de langue espagnole ou portugaise).

++

++

Statistiques !

La population de la principauté d’Andorre était estimée à 76 875 en 2005.

C’est la paroisse d’Andorre-la-Vieille (Andorra-la-Vella) qui compte la population la plus élevée (22 884), suivie de la paroisse d’Escaldes Engordany (16 918) et de la paroisse d’Encamp (12 924).

Comme dans tout le nord-est de cette région des Pyrénées, ainsi que le sud de la France, Andorre fait partie de l’aire linguistique du catalan, une langue romane, comme l’espagnol et le français.

Presque tous les Andorrans parlent une langue romane comme langue maternelle, généralement le catalan, l’espagnol (castillan), le portugais ou le français.

++

++

Parmi tous les États d’Europe, la principauté d’Andorre demeure le seul où les ressortissants d’origine (les « nationaux ») demeurent minoritaires.

En effet, les hispanophones forment au moins 38 % des locuteurs, contre 36 % pour les catalanophones, 11,5 % pour les lusophones (portugais) et plus de 6 % pour les francophones.

Il reste encore 6 % ou 7 % pour d’autres langues.

Il faut préciser que non seulement la principauté compte une très importante communauté immigrante, mais que celle-ci est instable.

++

++

L’histoire !

En raison de sa situation géographique (entre la France et l’Espagne), Andorre a fait partie de l’Empire romain; les Andorrans se sont latinisés, puis christianisés.

Vers le VIIIe siècle, le pays s’est fait envahir par les Arabes (appelés « Sarrasins »).

Sans que des documents puissent l’attester, il semble que Charlemagne fut à l’origine de la libération et de l’autonomie dont jouit Andorre encore aujourd’hui.

++

++

En réalité, il faut attendre la fin de la première moitié du IXe siècle pour trouver les premiers témoignages écrits relatifs à Andorre.

Un document daté de 843 et signé du roi Charles le Chauve (843-877), fils de Louis le Pieux, attribua les vallées d’Andorre à l’un de ses amis, Sunifred, comte d’Urgel — Urgel étant une ville de la Catalogne, sise dans la province de Lleida.

En 988, Borrell II, alors comte de Barcelone et d’Urgel, céda ses droits à l’Église du diocèse d’Urgel.

Au cours des années, l’évêque d’Urgel est devenu progressivement le « suzerain temporel » de la principauté.

Cependant, étant donné que les évêques qui se sont succédé n’avaient pas d’armée, ils demandèrent aide et protection aux seigneurs les plus proches afin de défendre les Andorrans contre les diverses attaques dont ils étaient la cible, en particulier de la part des comtes d’Urgel, qui tentèrent à plusieurs reprises de regagner ce que leurs ancêtres avaient cédé.

++

++

En 1278, dans la ville de Lleida (en fr. Lérida), l’évêque d’Urgel et le comte de Foix signèrent un traité, appelé « paréage », créant l’institution de la co-principauté.

Bien qu’ils exercèrent en principe conjointement leur autorité politique et judiciaire, les comtes de Foix et les évêques d’Urgel en vinrent souvent à séparer leurs pouvoirs.

Par exemple, pendant que les comtes de Foix accordaient aux Andorrans des privilèges, des franchises et des libertés civiles, notamment en matière militaire, les évêques d’Urgel prescrivaient des ordonnances en matière judiciaire et fiscale.

Par la suite, c’est par l’intermédiaire des comtes de Foix que les droits de la France ont été transmis aux rois de France, puis plus tard aux présidents de la République française.

Ainsi, de 1368 jusqu’en 1993, la France et l’Espagne, représentées respectivement par les délégués permanents du chef de l’État français (le préfet des Pyrénées-Orientales) et de l’évêque espagnol d’Urgel, exercèrent conjointement leur souveraineté sur Andorre.

++

++

Cependant, suite à des réformes politiques entamées au début des années quatre-vingt et à l’adoption de la Constitution de 1993, les deux co-princes ne représentent plus aujourd’hui que la souveraineté andorrane au plan international, un peu comme des chefs d’État sans pouvoir, à l’exemple de maints monarchies constitutionnelles, Andorre demeurant un État souverain.

S’informer sur

http://www.andorre.fr/

et sur

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andorre

ou sur

http://www.andorramania.fr/

et encore sur

http://www.tripadvisor.fr/SmartDeals-g190392-Andorra_la_Vella-Hotel-Deals.html

ou encore sur

http://www.turisme.ad/

et sur

http://www.govern.ad/

ou sur

http://wikitravel.org/en/Andorra

++

Bon voyage !

++

No votes yet.
Please wait...